top of page

La forme du canard : le yin yang de la perception

Actualizado: 24 nov 2021

Pour combattre efficacement, il importe d'anticiper les tactiques, les techniques et les micromouvements de votre adversaire en l'observant attentivement. Vous devez, également, conscientiser vos mouvements, votre position, votre distance et la stratégie pour contrer ce dernier.

Cet article n'est pas axé sur l'observation des micromouvements afin de détecter le type de technique qui vient vers vous, cela sera un sujet d'un article subséquent. Je veux plutôt aborder un autre phénomène présent en combat et en situation d'autodéfense : l'alternance entre la perception des évènements extérieurs et intérieurs.


Les angles morts


Pour répondre efficacement à une attaque physique ou verbale, restez en conscience externe. Pour analyser les tactiques et stratégies, entrez en conscience interne. Le problème dans cette alternance, c'est l'apparition des « angles morts » perceptuels.

Un angle mort c'est ce que nous ne voyons pas, n'entendons pas et ne ressentons pas, car notre attention est portée ailleurs.

Par exemple, si nous combattons face à face et que vous êtes très attachés à mes actions, tout ce qui se passe derrière vous se transforme en un angle mort perceptuel. Mais il se peut aussi que vous demeuriez inconscient de ce qui se passe en vous, étant trop identifié à votre conscience extérieure.

Le processus d'identification

De même, si vous êtes complètement identifié à vos processus intérieurs vous ne percevrez pas les actions de votre adversaire, ses réactions internes et externes, le mouvement de ses yeux, la position de son corps et de ses mains, etc.

Pour demeurer attentif à tout cela, vous devez activer votre vision (et audition) périphérique et votre centre somatique.

Alors, vous deviendrez conscient de ce qui se passe à 360 degrés. La problématique de l'angle mort perceptuel survient quand vous vous identifiez uniquement à une partie au détriment de l'autre.

Si vous vous identifiez au côté externe (yang) ou au côté interne (yin), vous penchez la balance du même bord ; ce qui créer un point aveugle perceptuel et une perte d'information. Donc quand vous entrez trop à l'intérieur de vous, vous risquez de ne pas percevoir l'autre à l'extérieur. Et lorsque vous devenez trop concentré sur l'adversaire à l'extérieur, vous risquez de ne pas percevoir ce qui se passe à l'intérieur de vous.

Comment résoudre cette problématique ?

J'aime bien raconter l'histoire du petit canard pour exprimer comment nos processus externes et internes doivent coopérer pour maîtriser l'art du combat, de la confrontation et de la tactique autant au niveau physique que psychoverbale.

Beaucoup de maîtres qui ont inventé des styles d'arts martiaux se sont basés sur les formes des animaux (comme je l'ai fait avec l'autodéfense psychoverbale). Cela est arrivé soit à travers un rêve ou lors d'une observation des animaux en train de se battre ou se défendre. Moi aussi j'ai réalisé une découverte en scrutant un canard dans la nature. Cependant, je n'ai pas inventé un style d'art martial basé sur le canard.

L'origine de la forme du canard

Une journée lors d'une promenade, j'observais un canard sur un lac. Il semblait paisible et donnait l'impression de flotter tout simplement sur place comme s'il méditait bien calmement. Puis, j'ai pris conscience que des bouts de feuilles et des morceaux de bois flottaient et dépassaient rapidement le canard qui lui pourtant semblait pratiquement immobile sur l'eau. J'ai réalisé, en observant bien ce canard, qu'il ne faisait pas simplement que flotter sur l'eau paisiblement, mais que ses petites pattes remuaient rapidement pour pouvoir donner un semblant d'immobilité.

J'ai utilisé cette métaphore profusément dans mes méditations et dans mes cours. Le style du petit canard vous apprend à demeurer calmes à l'extérieur et vigilants à l'intérieur ou vigilants à l'extérieur et calmes à l'intérieur.

Quand votre corps demeure immobile, gardez votre esprit vigilant et vice-versa. Un équilibre yin-yang au lieu d'une identification uniquement à une de ces parties.

L'efficacité en combat dépend de cette alternance

Pour rester efficace en combat, le corps doit être détendu (yin) pour pouvoir bouger librement et réagir à la fraction de seconde et l'esprit vigilant (yang) pour rester prêt à trouver l'occasion et à déclencher la riposte rapidement. Lorsque nous frappons, l'explosion d'énergie du corps est yang tandis que l'esprit devient réceptif (yin), ouvert à toute réaction ou réplique.

Nous devons utiliser les deux côtés de la conscience simultanément et non séquentiellement, de la même manière que nous apprenons dans les arts martiaux à exploiter autant notre côté gauche que notre côté droit et cela simultanément.