top of page

Comment le combat créatif et génératif change le visage du combat dans les compétitions

Actualizado: 16 mar 2022

Au début des compétitions de karaté Kyokushinkai, les combats étaient essentiellement une série de mouvements et de contres prédéterminés qui suivaient un schéma prévisible. Dans de nombreux cas, deux combattants s’affrontaient, faisaient un pas en avant, puis échangeaient des coups de poing et des coups de pied jusqu’à ce que l’un d’eux soit mis KO ou décident d’abandonner. Les combattants utilisaient souvent un nombre très limité de techniques, et ces techniques étaient souvent très brutes. Avec l’évolution de ce sport, les combattants sont devenus de plus en plus spécialisés. Cela a conduit à une augmentation du nombre de techniques qui sont effectivement utilisées dans un combat.


Aujourd’hui, les combattants adoptent de plus en plus le concept de combat génératif, c’est-à-dire l’utilisation de techniques ouvertes qui permettent un haut degré de créativité et de spontanéité sur le tatami ou le ring. Cette évolution change la donne pour les combattants.


Quelles sont les trois générations de combats ?


Maintenant, nous allons entrer dans les détails de chaque approche.


La première génération est la frappe non-stop, qui consiste à frapper l’autre personne jusqu’à ce qu’elle ne puisse plus vous frapper en retour. Elle utilise primairement notre esprit émotionnel et secondairement l’esprit conscient. L’objectif de la frappe est de frapper votre adversaire avec une combinaison de techniques afin qu’il ne puisse pas vous frapper en retour. Pour ce faire, vous devez attaquer d’une manière qui est difficile pour votre adversaire de se défendre. Dans le kumite Kyokushin, cela signifie attaquer avec des combinaisons de coups de poing et de coups de pied (ou genoux) en même temps (combinaison).


La première génération est axée sur la force ou la vitesse brute. Ils comptent sur leurs forces et leurs tailles pour dominer leurs adversaires. Les plus petits utilisent leurs vitesses et déplacements. Les combinaisons sont simples et plus instinctives.


La deuxième génération est celle des combats stratégiques, qui consiste à utiliser l’énergie de l’adversaire contre lui. On s’arrête, on décide de bouger, on réfléchit à ce qu’on fait, puis on le frappe. On utilise beaucoup plus son esprit rationnel qu’émotionnel et on contrôle la situation. Vous devez être très conscient de ce qui se passe autour de vous et utiliser votre intelligence pour trouver le bon moment et le bon endroit pour frapper. L’adversaire doit être conscient de votre intention, et s’il ne l’est pas, vous pouvez l’attaquer à tout moment. La clé est de ne pas montrer vos intentions en attaquant en premier. Vous devez être patient, attendre le bon moment, puis frapper au moment où il s’y attend le moins. Si vous y allez trop tôt, il sera prêt à vous recevoir. Si vous y allez trop tard, il comprendra que quelque chose se trame et ne tombera pas dans le panneau.


La troisième est le combat génératif, qui consiste à créer quelque chose de nouveau. Le combat génératif est un style qui se concentre sur l’utilisation d’un plus grand nombre de techniques, de stratégies, de tactiques et sur la capacité à s’adapter à toute situation. Il y a des moments où vous voulez répondre à votre adversaire, et d’autres où vous voulez créer quelque chose de nouveau. C’est l’essence même du combat génératif. Dans le combat génératif, vous ne vous contentez pas de réagir à ce que l’autre personne fait. Vous créez vos propres mouvements et vous vous appropriez le combat. C’est une approche plus créative et collaborative du combat, et cela change la donne.


Le combat génératif est un style de combat qui repose sur la créativité et l’évolution. Il change et évolue constamment, de sorte que le combattant de 3e génération ne peut jamais être discerné. C’est cette flexibilité qui rend le combattant génératif si puissant.

Le combat génératif ne consiste pas à gagner ou à perdre. Il s’agit de créer quelque chose de nouveau et de meilleur. Il s’agit de progresser et de repousser les limites du possible.


Comment fonctionne le combat génératif ?


Dans la troisième génération du combat créatif, nous nous éloignons des arts martiaux traditionnels