top of page

Troisième partie: 2. Arrêter le dialogue interne:

Voici le troisième article de ma série sur les 7 secrets du champion Knockdown.


I. Le projet de modélisation qui m’a permis de découvrir « Les sept secrets ou critères du champion de Karaté Knockdown. »

1. Utilisez la vision périphérique.

2. Arrêtez le dialogue interne.

3. Filtrer les bruits extérieurs (concentration). Obtenu par le "tunnel auditif et visuel".

4. Être en conscience externe (ce qui permet de focaliser son attention sur l'autre personne et d'éviter toute sensation de douleur sur soi, utile en combat full contact, car notre attention est " dissociée " de nous-mêmes).

5. Reconnaître les anomalies et les points faibles de son adversaire. De manière non consciente.

6. Déformer le temps pour voir l'autre au ralenti et augmenter la vitesse.

7. Être physiquement détendu, mais alerte (zanshin) et l'esprit concentré sur l'adversaire, mais sans attachement (mushin). De cette façon, les mouvements sont plus explosifs et le timing impeccable.



Pourquoi il faut arrêter le dialogue interne pour être présent et créatif en combat


Vous êtes en train de vous battre et vous essayez de vous concentrer sur votre adversaire. Cependant, vous vous concentrez également sur ce que vous vous dites dans votre tête. Cela peut conduire à de mauvaises performances et à des erreurs.


Dans un combat, vous devez être concentré sur votre adversaire. Vous ne pouvez pas vous permettre d’être distrait par autre chose, y compris par ce que vous vous dites dans votre tête. Si vous êtes distrait, vous serez touché ou même assommé.


Dans un combat, vous devez être concentré et alerte. Le dialogue interne peut entraîner le doute, la distraction, la perte de concentration et l’instabilité émotionnelle. Tous ces éléments peuvent entraîner de mauvaises performances et des erreurs. Restez concentré pendant un combat en éliminant votre dialogue interne et en vous concentrant sur ce que vous voyez (visuel) et ce que vous ressentez (kinesthésique), ce que j’appelle la stratégie VK.


Bruce Lee et l’importance de ne pas penser, mais de ressentir


Dans Opération Dragon, un film de Bruce Lee, celui demande à un étudiant de lui donner un coup de pied. Insatisfait, il lui demande de recommencer en lui demandant d’y mettre plus « d’émotion ». Insatisfait de son coup de pied, il lui demande à nouveau de recommencer, mais de ne pas penser, seulement de « ressentir ».


Personnellement, je crois que Bruce Lee a fait une erreur en confondant une émotion, d’une sensation. Ce sont deux choses différentes. Un feeling est une « sensation » primaire qui provient de notre système kinesthésique. Une émotion est le résultat d’une réponse à une pensée et est un processus secondaire. Le dialogue interne va souvent créer des émotions négatives, nous reviendrons sur ce point plus loin.


En combat, nous devons être proches de nos sensations qui sont instantanées, tandis que nos émotions vont nous ralentir et nous empêchent d’être dans l’instant. Lorsque Bruce Lee dit à son étudiant de « ressentir » et de ne pas « penser », il lui dit d’être dans son système kinesthésique, qui fait partie de l’esprit « somatique ». Et non d’être dans son « dialogue interne ». C’est ce que Bruce Lee dit à son élève quand il lui dit : « ne pense pas, ressens ».

Lorsque vous n’êtes pas concentré sur vos pensées ou émotions, vous pouvez ressentir avec tout votre corps. Vous êtes plus ouvert à l’utilisation de votre intuition et votre créativité pendant le combat. Quand vous arrêter de vous concentrer sur votre dialogue interne, vous « voyez » et « ressentez » vraiment ce qui se passe dans le champ, le territoire. Il n’y a plus un « vous » qui agissez sur « un autre » sur le « territoire », mais seulement l’action en tant que telle. C’est à ce moment que toutes vos actions sont justes.